Jamais notre monde n’a connu situation aussi critique
Jamais notre monde n’a connu autant d’occasions d’émancipation
Jamais notre monde n’a connu tant de mondes
Plein à craquer qu’il est des milles et unes identités
Milles et unes identités
Jamais autant qu’aujourd’hui l’avenir n’a été aussi trouble et troublé
Jamais autant qu’aujourd’hui le passé n’a été aussi clair et éclairé
Jamais le présent n’a eu cette présence collectivement
Jamais il n’y a eu autant conscience du jamais plus
De plus en plus vite, de pire en pire et de mieux en mieux
De mieux en mieux
Depuis les perspectives de l’exponentiel
L’angoisse des possibles chatouille ton coeur de saveurs impossible
Ton sens de l’harmonie s’épanouit au contact du chaos grandissant
De plus en plus vite, de mieux en mieux et de pire en pire
De pire en pire
Le danger te sauve du danger de l’oublier
Tout ce qui est vu pourra être sauvé
Voir pourra sauver
Le futur se conjuguera au participe présent
Ou il n’y aura plus personne pour le conjuguer
Participe au présent
Le courant de l’époque s’écoule sans répit
Dans les veines de nos rêves traversés de vie
Le meilleur empire et le pire s’améliore
Le pire s’améliore
Le monde n’est pas la terre ni la société
Le monde s’est l’histoire qu’on s’en fait
Tu sais quelle histoire !
À la croisée des siècles,
un pli s’agrandit sur la toile des temps
Voir cela t’ouvre le savoir intime des choses
Savoir l’intime des choses
Maintenant,
ton regard tient ta main
Pour donner à ton action la force d’une vision bien tracée
Ta vision bien tracée
Quelle direction choisis-tu de donner
à ta parole pour communiquer ta singularité ?
à tes pensées pour approfondir tes intuitions ?
à ton corps pour exprimer ta vitalité ?
À chaque instant,
Même si tu ne le choisis pas
Qu’ils fassent sens ou non
Tes choix tracent les chemins du sens
Le sens des chemins
Aujourd’hui,
Quel monde colore ton regard ?
Quelle couleur offre-tu au monde ?
Car oui,
ton regard est-ce qui donne au monde
sa couleur de monde
Toi,
un monde à l’image du monde
Tu fais le monde à ton image
Choisi bien ton regard
Car il porte l’univers
Regarde-le
Tu es sa porte